samedi 7 mai 2011

Séduire.... et assumer

Je suis quelqu'un de très ordinaire. Le gars qu'on croise et qu'on n'regarde pas.
Poinçonneur de lilas à sa manière.
Je reste dans mon blog à tripoter les mots comme il restait dans son trou à faire des petits trous.
Je suis quelqu'un qui, du dehors, semble insignifiant et satisfait de l'être.
Mais qui en dedans ne s'en contente pas.
Car je suis toujours au fond de moi à la recherche d'une petite fenêtre, la moindre lucarne où me faufiler, à l'affût d'un passage dérobé qui me mènerait à une situation d'intimité, quand la perspective me tente.
Sur le qui vive, pour faire des étincelles entre quatre yeux.
Prêt à revêtir ma tenue d'apparat, jouer les gentils garnements, et faire feu de tous les artifices.
Et ainsi trahir mon lourd secret : j'aime séduire et être séduit. 
Oui il n'y a pas de quoi être fier.
La séduction, ça a quand même mauvaise presse, non?
Il y a des jours où je voudrais me débarrasser de ce peu glorieux penchant.
J'ai même pensé que c'était une déviance.
Ou une marque de superficialité.

Séduire, n'est-ce pas manipuler?
Et manipuler c'est déguiser.
Déguiser c'est paraître.
Paraître, c'est ne pas être.
Ne pas être, c'est superficiel.

Et manipuler c'est déformer,
Déformer c'est mentir. 
Mentir c'est tromper.
Tromper c'est abuser.
Abuser c'est 
dérober

Serais-je un donc un bonimenteur inconséquent, fripon coureur de jupons, un Arsène Lupin ordinaire, un gentleman mal intentionné?
Je veux en avoir le coeur net : n'ai-je pas un peu trop le coeur léger?


Après avoir bâclé l'enquête, il est temps de faire mon procès.
S'il est vrai que les faits m'accablent, j'ignore ceux qui me sont reprochés.
Acte d'accusation bien maigre, l'appel à témoin n'a rien donné.
De quoi suis-je coupable, s'il n'y a pas de victimes à déplorer?
Où sont mes mauvaises intentions, si nul n'est là pour en témoigner?
Le procureur qui sommeille en moi me dit tout de même "Le meilleur moment dans l'amour, c'est quand ça commence. C'est sans doute pour cela que les gens comme vous passent leur temps à commencer. "
Ce à quoi je réponds "Le pire moment dans l'amour, c'est quand ça s'arrête. C'est pour cela que les gens comme moi ne s'arrêtent jamais".

Là réside toute la clé : plus que l'éphémère, je préfère la durée.
Je ne suis pas un chapardeur, un cueilleur frénétique qui viendrait dépouiller chaque plante de ses fleurs, sans penser au lendemain.
Si je sème à foison, c'est avant tout pour cultiver.
Si je multiplie, c'est avant tout pour partager.
Je me plais à rêver d'une vie irriguée par la séduction comme la pluie rend la terre fertile, quand elle y trouve la biodiversité. 

Et dans ces mots enfin mon alibi apparait.
Séduire n'est pas travestir, ni déguiser, ni dissimuler, ni tromper,  si séduire est la première pierre d'une œuvre de patience.
Séduire est construire, séduire est inventer. 
Séduire est une promesse qu'il nous faut assumer, ou ne sera que duperie qui à jamais nous compromet.

Certes la séduction est grisante. Mais ce n'est qu'une effluve de ma tasse de thé.
Ce que je préfère, c'est lorsque le temps laisse infuser.
Dans le contact j'aime m'étendre, sans pour autant me diluer.
Je me fais superficie, car c'est là ma seule surface d'échange,
et plus on la rend vaste, plus l'échange est complet.





Séduire c'est « conduire à soi », mais en s'ouvrant à l'autre. 
C'est attirer, en se mettant à la portée de l'autre.
C'est convaincre, en se soumettant au langage de l'autre.
C'est changer de forme, pour pouvoir se révéler tel qu'on est.



Superficiel n'est pas essentiel, mais c'est pourtant nécessité.
Une manœuvre pas malhonnête, que l'on s'empresse trop de juger.
Car si la superficie ne trahit pas le coeur, nous voilà innocentés.
Bref, pas de quoi culpabiliser, dès lors que l'on peut assumer....


11 commentaires:

  1. Séduire, c'est un étrange art qui a de bons et de mauvais côtés autant pour le séducteur que celui qui "subit" ou pour être moins négatif qui y est sensible...
    Séduire, n'est-ce pas non plus une manière tortueuse de se rassurer soit-même ?
    Séduire, n'est-ce pas une sorte de drogue ?

    RépondreSupprimer
  2. @IVV : oui séduire rassure, mais séduire est pour moi un travail à l'issue incertaine et souvent éprouvant.
    Ce qui procure la satisfaction, celle qui génère chez moi de l'addiction, c'est le fait de plaire, de recevoir des témoignages des pensées que je peux susciter... Ça oui, c'est une sorte de drogue..

    RépondreSupprimer
  3. Séduire, c'est quelque part chercher à être connu et reconnu, à être aimé...rien de bien étrange là-dedans. Tout est toujours de question de curseur finalement : où s'arrête mon besoin de plaire ? Jusqu'à une marque de reconnaissance discrète telle un sourire, ou une relation d'échanges privilégiés, des confidences même parfois...Où ai-je besoin de consommer cette séduction ? Par consommer, j'entends évidemment d'aller jusqu'au rapport charnel.
    Il faut le reconnaître, il est tjs plus agréable de plaire que de déplaire, d'exister dans le regard de l'autre, des autres, que d'être un personnage de passage sur cette terre pour le moins "insignifiant" (je déteste ce mot)...Alors, pour ma part, je crois qu'il est naturel, très humain de vouloir séduire. Certains en font même un métier... L'essentiel est de l'assumer. L'essentiel est de savoir où l'on peut/doit s'arrêter pour être en accord avec soi même...

    RépondreSupprimer
  4. @Flo : oui séduire est un acte naturel et intéressé. Je donne dans l'espoir d'obtenir quelque chose en retour, de l'ordre de la satisfaction.
    Finalement ce billet traduit mes interrogations sur l'aspect moral de la chose.
    Parce que dans notre monde, le profit et la jouissance individuelle immédiate sont devenus une obsession, une norme. Et parce que séduire est devenu une démarche prédatrice très largement tolérée, dans le commerce (si on interdit la publicitée mensongère, mais pas la publicité "trompeuse"), et par extension dans les relations humaines (les escrocs peuvent aussi extirper des avantages en nature...).
    Je me demandais si cette propension à séduire ne faisait pas de moi un de ces escrocs :
    le plaisir immédiat peut nous conduire à mentir et tromper pour parvenir à nos fins, on consomme son objet de satisfaction, tant pis si ce faisant on consomme sa conscience...
    Et de réaliser que si on ne cherche pas à "consommer" dans une relation jetable, mais à construire une relation durable, comme c'est mon moteur, de fait, cela exclue les tentations immorales de la séduction car on ne va pas s'amuser à "tromper", à fausser, si on doit en assumer les conséquences sur la durée... Non?

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais bien aimé te suivre sur le débat, mais j'ai mal au cortex gauche : bah oui, cela m'arrive aussi !!! Mais j'avais quand même envie de te souhaiter un séduisant WE....:)

    Flo, en direct de ma petite entreprise qui connaît pas la crise, enfin je crois !

    Bizz

    RépondreSupprimer
  6. Flo : viens me voir, je te ferai des massages (au cortex gauche :-)
    Le week end a été très séduisant, merci, j'espère qu'il en fut de même pour toi...
    Et quand tu auras fini de faire des heures supp dans ta petite entreprise, il faudra quand même que tu finisses par répondre à ma question, non mais ! :-)

    RépondreSupprimer
  7. L'important c'est la sincérité non ?
    Et changer de sincérité c'est toujours être sincère non ?
    ;)

    RépondreSupprimer
  8. Etre séduite par une personne qui n'est pas consciente de son pouvoir de séduction, je trouve cela irrésistible, ou bien la séduction surprise, celle que l'on attend pas...

    RépondreSupprimer
  9. @Pastelle : oui, la sincérité peut être superficielle dans le bon sens du terme : elle peut changer d'apparence sans se dénaturer :-)

    @Alice : la spontanéité est effectivement tellement plus poétique et savoureuse que le calcul. Heureux les gens qui se surprennent à oublier de calculer de temps en temps..

    RépondreSupprimer
  10. Je suis époustouflée par le rythme et la beauté de ce texte ! Sur le cul, la Fiso !
    Je lis, je relis, peut-être que j'aurai un avis mais pas sûre d'avoir à coeur d'en rajouter, tu as tout dit. Et en rimes, en plus. Clap, clap, Usclade.

    RépondreSupprimer
  11. Fiso, merci ça me touche...
    Les rimes sont presque involontaires, ça sortait de manière fluide et du coup m'est apparu comme une sorte de mélodie que je me suis amusé à entretenir :-)
    Un coup de chance, quoi... !
    (en tous cas tes mots me font plaisir, reviens quand tu veux, hein :-)

    RépondreSupprimer

Et vous, z'en pensez quoi?