vendredi 30 juillet 2010

Irréprochable n'est pas incorruptible...

Vous avez sans doute pris connaissance il y a quelques jours de l'information du Canard Enchainé sur le projet de remboursement de la dette Chirac à la ville de Paris par l'UMP. Peut-être vous êtes-vous interrogés, comme moi, sur l'intérêt qu'il y avait, pour l'UMP (dont le patron moral n'est autre que celui qui clamait haut et fort, pour se faire élire, qu'il fallait rompre avec la Chiraquie), de faire cette fleur à Chirac.
A un article du site Le Post qui évoquait cette affaire, j'ai déposé un commentaire pour évoquer une hypothèse née de mes interrogations. Hélas pour moi, elle a été censurée par les modérateurs de la société netino.com pour son caractère diffamatoire.
J'ai trouvé ça assez curieux, car j'y disais simplement ceci:

Cet article me semble incomplet, voire pernicieux car il met le projecteur sur Chirac et sous-entend que Sarkozy est clean comme de l'eau de roche. Croyez-vous que Sarkozy se montre généreux avec Chirac par solidarité corporatiste entre présidents, par pur altruisme ou pour sauver l'honneur du RPR?
Outre Chirac, comme l'indique Le Monde, parmi la foultitude de micros partis, l'UMP arrose aujourd'hui Pasqua et Millon. Est-ce vraiment pour favoriser le dynamisme démocratique, la diversité et l'innovation idéologique de l'UMP, comme nous l'indique ces messieurs de l'UMP?

On peut se poser la question, quand on sait que Sarkozy est mouillé jusqu'au cou dans l'affaire de Karachi, pour le financement de la campagne de Balladur de 1995. Affaire bien plus grave encore que les enveloppes de Bettencourt.

Souvenez-vous que quand Sarkozy a été investi par l'UMP comme candidat à la présidentielle, Chirac s'est longuement fait prier pour "adouber" ce candidat à la télévision. Notre précédent Président de la République a donné son accord de principe à une allocution télévisée pour soutenir publiquement le candidat Sarkozy après que le juge Courroye ait été nommé procureur de Nanterre contre l'avis du CSM. Etrange, n'est-ce pas?
Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette...


Voilà, c'était mon petit commentaire aux insinuations certes assez conséquentes, mais uniquement établies à partir d'informations disponibles et vérifiables.
Vous conviendrez quand même, qu'en matière d'insinuations diffamatoires et stigmatisantes, je ne fais pas le poids par rapport à Sarkozy et Hortefeux : leurs dernières allusions aux grosses cylindrées des Roms, par exemple, sont bien plus impressionnantes.

Qui me vaut la réflexion suivante.
Au début des années 2000, on voyait fleurir des banderoles « Chirac en prison! » et les contestataires n'étaient pas pour autant envoyés au goulag.
En 2010, rien n'a changé. Mais l'actuel président, pourtant en posture analogue à son prédécesseur, est exempté de ces banderoles. Il semble qu'on ne puisse plus s'exprimer publiquement si on n'est pas armé juridiquement pour défendre ce que l'on exprime.
C'est peut-être ça, « la République Irréprochable » proclamée par Sarkozy. Une République à l'égard de laquelle il a décrété qu'il n'y aurait plus de reproche. Une République à laquelle on ne puisse plus rien reprocher, car une République dans laquelle on n'a plus le droit d'exprimer librement des reproches.

Je suis idiot, j'avais pas compris ça à la base.
J'aurais dû m'en douter, si ça avait été exprimé dans le sens que j'imaginais, il aurait dit « République Incorruptible », pas « République Irréprochable ».
Oui, ici comme ailleurs, les mots sont importants...

1 commentaire:

  1. On peut également dire que ces hommes sont d'une honnêteté rare ... car inexistante, qu'ils ont la conscience propre ... car elle n'a jamais servi :) La langue de Molière est phallocrate mais jouissive.

    RépondreSupprimer

Et vous, z'en pensez quoi?