vendredi 9 juillet 2010

Asile politique...

Faut qu'on m'explique. Ça veut dire quoi "un organe de presse avec «des méthodes fascistes» " ?
Dixit le chef de l'UMP à propos de Mediapart, qui a nuancé après coup:
«Je pense sincèrement que les méthodes qui sont utilisées par Mediapart sont totalement antidémocratiques»
C'est quoi au juste des méthodes "démocratiques" pour la presse?

Si on récapitule, Médiapart a donc torturé l'ex-comptable Claire Thibout jusqu'à lui faire dire des choses erronées sur Sarkozy.
Celle-ci a pris le maquis dans le sud de la France, où fort heureusement elle a été sauvée par les services de l'Etat qui au bout de trois interrogatoires nocturnes ont réussi à la convaincre de dire enfin courageusement la vérité, malgré la menace planante de Médiapart.
Ouf le président est innocent (entendez : il n'y a pas de preuve qu'il est coupable).

Peu importe que les Bettencourt crament des dizaines de milliers d'euros en liquide et défiscalisent de façon outrancière sans que les services fiscaux ne les embêtent. Pas de problème non plus à ce que dans le même temps ils fréquentent régulièrement les femmes de ministre, le ministre, le maire ou le président en usant d'enveloppes kraft avec les bouquets de fleur comme marque de savoir-vivre...

Le président est innocent on vous dit. Il a juste été victime d'une tentative de putsch fasciste, un complot manigancé par un pseudo organe de presse trotskyste traitre à la patrie, qui menace la sécurité et les libertés individuelles dans notre beau pays. Bientôt on va apprendre que Claire Thibout est devenue complètement folle. Qu'elle était déjà psychologiquement fragile, et qu'elle était manipulée.

La politique, celle qu'ils nous livrent de façon si grotesque, comme un pastiche d'un roman d'Orwell, est un triste spectacle qui ressemble à un asile.
Je voudrais juste rendre hommage à Claire Thibout et l'inviter à s'éloigner de cet asile. Qu'elle quitte Neuilly à jamais, et son lot d'aristocrates réincarnés vivant au dépens du reste de la société.
Je lui offre l'asile politique, au fond de mon jardin, dans un palace d'arbres et de fleurs, et de potagers abondants, et où les pots de vins se partagent entre gens simples, honnêtes et respectueux, joyeux de trinquer ensemble...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Et vous, z'en pensez quoi?