vendredi 29 avril 2011

Le maléfice du doute.

Petite réflexion d'un lendemain. Retour sur une aventure.
Peut être parce que dans chaque histoire, l'être réel ne correspond jamais exactement à l'être désiré, et que le moindre écart entre l'image projetée et l'image réelle est une faille où notre suspicion s'engouffre, et d'où rejaillit le doute, nombreux sont ceux qui aiment prendre la tangente avant même d'en avoir fait le tour.
 

Il semble que le monde soit coupé en deux. Il y a ceux qui fuient le doute, et d'autres, apparemment moins nombreux, qui veulent gratter pour le cerner et le lever.
Je dois être assurément plus souvent de la deuxième catégorie !
De ceux prêts à creuser en prenant le temps "des fois que", et non à abréger pour voir ailleurs.
De ceux qui s'accordent le bénéfice du doute. Plutôt que le dicton-couperet : "au moindre doute, pas de doute !"
De ceux qui voient dans le doute une source de bénéfice, et non de maléfice.

Alors quand parfois hélas, la personne s'enfuit avec ses doutes, et me prive aussi du plaisir de les décortiquer, ma peine est double.
Dans ce cas effectivement, le doute perdu est à jamais est source de maléfices. Comme le sentiment de malédiction qu'on ressent en regardant une noix emportée par la rivière et qu'on ne pourra jamais ouvrir...

5 commentaires:

  1. j'aime beaucoup passer du virtuel au réel , justement pour découvrir vraiment la personne qui se cache derrière le fantasme que l'on s'est fait...

    Il faut creuser sans aucun doute. Avant j'avais tendance à dire que ma première impression était la bonne. Je me rends compte que non finalement et je suis de nature patiente et curieuse. Je reste toujours émue devant une rencontre et comme toi, je ne trouve pas cela juste quand elle est avortée trop tôt .... il faut du temps pour se dévoiler et connaitre.
    peut-être que ça correspond aussi à cette mauvaise habitude de zapper? :(

    J'espère que ta peine s'allègera et que l'on te donnera aussi une deuxième chance

    c'est bon les noix...

    RépondreSupprimer
  2. Règle n°1 : ne jamais dire jamais
    Règle n°2 : "des fois que" "parfois souvent"

    Ta peine est double mais laissons lui peut-être le bénéfice du doute.

    RépondreSupprimer
  3. @Dita : merci Dita, ne t'inquiete pas pour moi, ce texte est avant tout une compilation d'expériences vécues et non une humeur du moment...

    Tu parlais de zapping, je pense qu'il y a effectivement mélange d'impatience ( la vie est courte) et d'esperance (le monde est vaste) qui nous pousse a penser qu'il ne faut pas perdre son temps si on peut trouver mieux (ou moins pire) ailleurs... Comme pour les programmes TV c'est vrai ! :-)

    @NoOsiCaa : j'ai pas saisi la règle no 2 ! Tu as raison pour ma peine, plus je l'imaginerai jolie, plus elle se dissipera vite !

    RépondreSupprimer
  4. Pour trouver le sublime en chaque chose, il ne suffit jamais d'en faire le tour vite fait.

    RépondreSupprimer
  5. @An' : je dirais même qu'il ne faut pas hésiter à tourner longtemps... même autour du pot s'il le faut... :-)

    RépondreSupprimer

Et vous, z'en pensez quoi?