mercredi 25 juillet 2012

Panique à bord (c'est vrai le risque zéro, ça n'existait pas !)

J'aime vivre dangereusement.
C'est pourquoi depuis quelques années je mène une double vie assez surprenante pour qui me verrait évoluer au quotidien. Comme beaucoup, me laisser aller à toutes sortes de confidences de façon anonyme sur un blog et avoir une vie sociale virtuelle est une liberté précieuse que j'exploite à fond. Et comme beaucoup parmi ceux là, je m'aventure sur les terrains glissants que la morale réprouve.

Oui, derrière le bon père de famille austère et sans relief, se cache un coquin qui aime s'évader à travers les mots, sans tabou ni fausse pudeur, et ne se contente pas de se limiter aux mots. Derrière l'homme affable, intègre et irréprochable se cache, ô scandale, un homme de mauvaise vie, à la moralité douteuse et aux principes élastiques. L'univers virtuel des amours plurielles dématérialisées, voilà qui peut ressembler à une chimère ou un pâle alibi pour le non-initié qui se tient loin de tout ça, et se trouve en position idéale pour distiller toutes sortes de jugements.

Pourtant la morale est presque sauve. Ma moitié est embarquée, un peu malgré elle, mais toujours avec elle depuis le début, dans cette aventure du moindre mal, puisqu'on s'est unis il y a 10 ans pour le meilleur et pour le pire, et que cette échappée belle était la moins pire des solutions au vu des tempêtes traversées.
Ne pas lui dissimuler, la mettre dans la confidence, était ce qui nous sauverait, pensais-je.
Pour cela, il fallait néanmoins que notre entourage ignorât ce que je manigançais sous la complicité passive et bienveillante de mon épouse. Et bien entendu, je lui avais assuré qu'elle n'avait rien à craindre, que j'étais extrêmement prudent, que je prenais toutes les précautions, etc, etc.. Bref qu'il n'y avait aucun risque.
Un peu comme ce qu'ils disaient à Fukushima, tu vois.

Aujourd'hui même, au boulot, tranquille, pépère, je blémis soudainement face à mon écran. Ma messagerie professionnelle, utilisant gmail, affiche la présentation d'Usclade et de mon blog à côté de ma photo et de mon adresse familiale privée. Quoi, comment.. Ce doit être une erreur !
Je vérifie et comprends que, ayant mis mon adresse perso en adresse de secours pour mon profil google (comme le formulaire l'avait exigé, le bougre !), Gmail se permet d'aller fouiller là dedans à l'insu de mon plein gré, pour mettre en relation des infos que je voulais laisser cloisonnées.
Concrètement, dans un message personnel que je me suis envoyé à l'adresse du boulot, à côté de mon adresse mail officielle dans la case "expéditeur", Gmail va chercher chez Google le profil d'Usclade, avec la photo de mon visage et tout, bref, le truc qui peut pas faire croire à une pub ou une erreur !
Je réfléchis pas longtemps avant de comprendre que tous les gens de mon entourage qui sont sur gmail et ont reçu un e-mail de notre adresse familiale ont eu sous les yeux un accès direct à mes blogs depuis plusieurs mois sans doute !!!
Urghllll....
J'imagine leur désarroi s'ils sont venus fouiller ici et là bas... Leur malaise...
Si ça se trouve ça fait plusieurs mois qu'ils savent et qu'ils font comme si ils ne savaient pas, ils font semblant, ils en parlent autour d'eux dans les repas de famille, au boulot, à l'école, au village...
On va être vus comme des pestiférés, on va nous jeter des cailloux...
La honte, quoi... Un peu de panique. Puis on se raisonne.
Après tout... Je me pense adulte dans un monde d'adultes, alors j'assumerais...
Plus comique out que coming out, mais bon...

Voilà, le mal doit être fait, je ne vais pas tout passer en blog privé.  Et j'invite tous ceux qui auraient atterri ici par accident à me faire part de leur contrariété, leur colère, leur dégoût, ou leur sarcasmes si ils ont besoin de l'exprimer... on pourra en parler tranquillement. Et puis je les inviterai alors à m'accepter tel que je suis, à continuer à me lire ou ne plus me lire, c'est chacun qui choisit, car finalement on n'a qu'une vie et on se refera pas pas, donc à jouer la comédie, autant le faire librement !







13 commentaires:

  1. Quand je lis ta mésaventure, je me dis que je fais bien de tant à autre d'être un peu parano et de ne pas écouter ce que me raconte Mister Hotmail qui me demande tous les jours, une porte de secours au cas où..
    Je n'ai pas de lien entre cette boite mail et mes boites concernant ma "vraie vie"et c'est très bien ainsi.
    A la vue de cette découverte, avec du recul, as-tu remarqué un changement de comportement vis-àvis de toi dans ton entourage? Des paroles entendues qui n'avaient peut-être pas de sens mais qui aujourd'hui résonnent différement?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien remarqué d'anormal chère Emma, mais suis je assez fin observateur?
      Je pense que le pire danger n'est pas Google, mais le smartphone sur lequel je jongle entre messagerie professionnelle, privée et clandestine, et où je ne suis pas à l'abri d'une erreur de destinataire quand Usclade envoie des mails, ou bien d'un prêt de l'objet à un proche qui tomberait sur mes mails ou sur les traces de mes navigations internet... :-)

      Supprimer
  2. Tu sais quand qq'un veut savoir aujourd'hui, cela n'est pas bien compliqué ! Le web est une mine d'or et sans doute la fin du bon vieux métier de détective privé...et puis nous sommes tous reliés les uns aux autres à deux ou trois contacts près !
    De toutes les façons, ce qui est fait et fait. Par conséquent, si quelques âmes de ton entourage considèrent avec étonnement pour ne pas dire répulsion ce "côté obscur de ta force" c'est que finalement la relation entre vous était biaisée depuis longtemps...
    Accepte moi comme je suis et je t'accepterai comme tu es... non ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce que je me dis, la vie est trop courte pour faire semblant et perdre du temps et de l'énergie à faire illusion !
      Et le monde est suffisamment vaste et peuplé pour ne pas s'obliger à faire bonne figure auprès de gens avec lesquels on n'a pas d'atomes crochus.
      Le plus délicat reste les gens de notre famille !

      Je pense que personne n'aurait eu l'idée de chercher quoi que ce soit me concernant sur gmail car cela aurait été insoupçonnable de prime abord...
      L'avenir nous dira peut être plus ce qu'il en est réellement !

      Supprimer
  3. Argh, j'imagine la tronche de mon patron s'il tombait sur mon blog par le biais d'un coup tordu de Gmail, merci Google ! J'imagine sans peine les sueurs froides, chaudes, glaciales, brûlantes qui tour à tour ont torturés votre encéphale, car là, maintenant, ça me le fait ! Bref, je vais de ce pas vérifier ce qu'il en est chez moi. Bonjour chez vous :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi si j'étais votre patron et que je découvrais votre blog, je convertirais aussitôt ma boite en maison d'édition pour publier tous vos billets, car ils sont bien plus précieux que toutes les marchandises d'ici bas !

      Supprimer
  4. Haou! J'ai toujours craint et redouté cela....... Depuis plus de 30 ans maintenant je cloisonne tout, de manière très étanche, minitel, poste restante (Hé Oui, qui a connu cela, tiens...?) et séparation des comptes et mots de passe partout, craignant ce que vous décrivez là, comme Gicerilla, la simple idée me glace le sang, me fige les neurones.... Mon angoisse va toujours à ces traces que conservent Skype, Internet explorer, netlog, mozilla, firefox, etc. sur leurs formulaires et que je passe du temps à nettoyer sans arrêt sur tous les pc que j'utilise....... avec toujours des sueurs froides, en effet.....

    Breuh!

    Vous nous donnerez des nouvelles...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jusqu'ici tout va bien :-)
      J'ai apprivoisé mes sueurs froides :-)

      Supprimer
  5. Tout n'est pas maîtrisable. Moi-même n'arrive pas à m'imposer une totale discipline en la matière... C'est humain. Cela étant, c'est vrai que j'avais été étonnée, de l'autre côté de la barrière, de découvrir le visage d'un bloggeur.
    Personnellement, je cloisonnerai tout désormais? Parce que tu as des enfants... et que tout le monde n'est ni intelligent, ni bienveillant.
    Si non... les couples ouverts, on en reparlera!! :)... Et puis 10 ans, c'est encore tout petit sur le chemin de la conjugalité :)

    Cristina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je cloisonne, je cloisonne ! Mais comme tout être humain, je sais bien que je ne sais pas avancer sans me prendre régulièrement les pieds dans le tapis !!! :-)

      Supprimer
    2. Peut-être as tu "envie" de te "prendre les pieds dans le tapis" (sourire). Je ne crois pas que tu sois un réel adepte du cloisonnage... pour l'instant!

      Supprimer
    3. Oui, j'aime bien cette idée de Christina, de l'Acte Manqué......

      MmmmmmoooouuuuuHahahahahaha!

      Authentique réussite s'il en est en fait à lire votre description liminaire, de ce fait que vous allez jusqu'à laisser "trainer" votre appareil accessible à d'autres, de fait.....

      E,n Effet, et en fait, lorsque l'on souhaite vraiment cloisonne, le risque devient zéro.......

      sauf acte manqué, encore une fois....

      mais être piégé devient alors une autre histoire......

      J'y reviens...: vous nous raconterez...?

      Supprimer
  6. Moi je dis...contente que tu te sois aventuré sur les terrains glissants que la morale réprouve!!! Et heureusement que ta moitié y participe...quel bonheur!!!!

    RépondreSupprimer

Et vous, z'en pensez quoi?